Réactions de la Communauté LGBT contre la loi votée au Sénat

Loi sur le renforcement des dispositions du Code civil relatives au mariage et à la protection de la famille :

Un attentat de plus contre la communauté LGBT , dixit Charlot Jeudy de KOURAJ

Les réactions ne se sont pas fait attendre dans la communauté LGBT, Vingt quatre heures après le vote au Senat haïtien, de la proposition de « loi sur le renforcement des dispositions du Code Civil relatives au mariage et à la protection de la famille ». Charlot Jeudy, Responsable de KOURAJ, l’une des Organisations les plus actives dans la défense des droits des homosexuels en Haïti, sort de son silence pour exprimer sa stupéfaction et sa déception devant ce qu’il appelle « l’attentat le plus abjecte d’un Pouvoir de l’Etat contre les droits de paisibles citoyens ». Qualifiant « d’anticonstitutionnelle » la loi votée au Senat, M. Jeudy cite plusieurs articles de la Constitution en vigueur traitant de la liberté individuelle et des droits fondamentaux de la personne. Elle l’est également, selon lui, en violation des engagements pris par l’Etat haïtien à travers l’adoption de conventions internationales pour la promotion des valeurs de respect et de la dignité humaine. « Le Senat haïtien qui devrait garantir et protéger les droits de tous les haïtiens, particulièrement les minorités, ne peut pas s’ériger en violateur de ces droits » fustige le dirigeant de KOURAJ qui s’est aussi questionné sur l’opportunité de cette loi.

Pour faire face à ce qu’il présente « comme une mesure visant le renforcement de la discrimination envers les LGBT », Charlot Jeudy indique que son Organisation est en pleine concertation avec beaucoup d’acteurs nationaux et internationaux de défense des droits humains, en vue de faire du plaidoyer auprès des Députés et du Gouvernement pour le rejet pur et simple de cette loi qui tend à justifier des actes de violences envers des gens en raison de leur orientation sexuelle. Cette campagne devrait également s’étendre, a noté M. Jeudy, contre la loi sur le certificat de bonne vie et mœurs, récemment adoptée au grand corps.
En cas d’échec de ces démarches, l’Organisation KOURAJ n’écarte pas la possibilité de porter la question par devant les instances judiciaires haïtiennes pour questionner « la constitutionnalité » de ces lois. Une plainte sera déposée également par devant les instances internationales de défense des droits humains en vue de forcer l’Etat haïtien à assumer ses responsabilités envers tous ses citoyens.

 

Weaver Destin

Connexion

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.